Jan De Nul reconnu pour son entrepreneuriat durable

Filiale environnementale Envisan reçoit la Charte de l’Entrepreunariat Durable de la Chambre de Commerce flamande

20 juin 2018 - Envisan, filiale environnementale de Jan De Nul Group, a reçu la Charte de l’Entrepreunariat Durable de la Chambre de Commerce flamande, Voka, en reconnaissance de son programme de durabilité. Ce programme comprend différents points d'action, parmi eux l'investissement dans deux nouvelles installations physico-chimiques pour les centres de traitement des sols et des sédiments en Belgique et en France. De cette manière, Envisan apporte une contribution concrète aux Objectifs de Développement Durable des Nations Unies (ODD UN).

L’édition 2018 marque le 21e anniversaire de cette reconnaissance de Voka qui met à l’honneur les entreprises qui poursuivent une politique de durabilité active. Envisan est l'une des 41 entreprises qui ont reçu ce prestigieux prix de Voka ce soir. La responsabilité sociale d’entreprises, assurer des chaînes courtes et soutenir l'économie circulaire, c'est dans les gènes de cette entreprise environnementale. Le prix d’Envisan a été remis à Annick Van Hyfte, Stratégie et Développement Commercial auprès d’Envisan: « Nous sommes fiers d'être reconnus pour nos efforts dans les domaines de la durabilité et de l'économie circulaire. Cela nous motive à continuer à travailler de manière durable. Nous espérons également pouvoir inspirer d'autres entrepreneurs. »

Le focus sur la réutilisation

Envisan traite les sols et les eaux souterraines, exécute des travaux de dragage environnemental (afin d’enlever et de traiter les sédiments pollués), met en place des décharges, valorise les déchets et exploite ses propres centres de traitement des sols et/ou des sédiments pollués. Chaque activité a pour but de dépolluer des sites pollués (des sites industriels, des terrains portuaires, etc.) afin de leur offrir une seconde vie. De plus, les sols pollués sont nettoyés dans les centres et peuvent être réutilisés en tant que matières premières secondaires sur le marché. Ces centres sont à la disposition de toutes les divisions de Jan De Nul Group, mais des tiers également peuvent fournir du matériel pollué à Envisan et/ou acheter des matières premières secondaires pour leurs activités de construction ou d’infrastructures.

Pour renforcer la stratégie de réutilisation et l'économie circulaire, Envisan a acheté deux installations physico-chimiques semi-mobiles pour ses centres, ce qui permettra à l'entreprise de traiter des sols fortement pollués. Les flux résiduels tels que le sable, les gravats, etc. sont valorisés: une seconde vie en tant que matières premières secondaires leur est offerte. Par conséquent, l'utilisation de nouvelles matières premières peut également être évitée. Avec l’achat de ces installations, Envisan soutient pleinement l'économie circulaire.

L'entrepreunariat durable auprès de Jan De Nul Group

Non seulement Envisan, mais aussi la société mère, Jan De Nul Group, entreprend de manière durable. « En tant qu’acteur mondial, nous sommes conscients de notre impact dans le monde et sur notre planète », dit Julie De Nul, membre du conseil d’administration de Jan De Nul Group. « Dès lors, nous tentons constamment de dissocier notre empreinte de notre croissance : un exercice périlleux que nous réussissons quotidiennement dans nos projets et nos techniques. »

Jan De Nul cherche de nouvelles possibilités afin de faire plus avec moins de moyens. Plus d’innovation, moins de solutions traditionnelles. Plus d’énergies et de matières renouvelables, et moins de fossiles. « Nous sommes transparents, innovatifs et durables. Nous nous distinguons en élaborant des solutions fiables et durables afin de minimiser autant que possible notre impact sur la planète », conclut De Nul.

Voilà la raison pour laquelle le groupe s'efforce de prévenir la pollution et de réduire les déchets, de réduire la consommation d'énergie en recherchant des alternatives telles que l'énergie verte et de protéger la biodiversité. Le groupe applique ces idées circulaires également dans d’autres projets. À Taïwan, par exemple, l'entreprise utilise les sédiments dragués dans le port de Linkou pour l’extension territoriale du port de Taipei. Dans le sud de la France, les sédiments contaminés de Monaco, dragués par la division de dragage, sont transportés au centre de traitement d'Envisan à Toulon.