Envisan inaugure son premier centre de traitement de sédiments et de terres en France

En présence de la scène politique nationale et régionale, ses co-financeurs et ses partenaires du projet de recherche Sedimed, Envisan France a inauguré aujourd’hui son centre de production d’éco-matériaux (CPEM) à La Seyne-sur-Mer, le premier centre de ce genre dans la région méditerranéenne. “C’est avec le plus grand honneur que nous introduisons en France une nouvelle réponse à traiter des sédiments et des terres polluées,” dit Walter De Jonghe, Directeur Envisan. “La mission de notre nouveau centre de traitement est de valoriser des sédiments non-immergeables issus d’opérations de dragage ainsi que des terres polluées issues de chantiers de terrassement dans le secteur du BTP.”

En faisant appel à son expérience belge, où la réglementation permet de valoriser les sédiments dans le secteur de la construction, Envisan ouvre son premier centre en France. “Le centre est bâti sur un terrain de 3,4 hectares et pourra recevoir jusqu’à 160 000 m³ de matériaux par an,” ajoute Walter De Jonghe. “Le centre est conçu pour respecter toutes les normes de protection de l’environnement en vigueur et répond aux exigences les plus strictes en matière de traçabilité. Le centre est aussi équipé de sa propre station de traitement des eaux.”

Fonctionnement du CPEM

Le centre est divisé en différentes zones, chacune offrant une phase du trajet de traitement. Les sédiments dragués y sont acheminés par voie maritime ou par voie routière, et sont dirigés vers la zone de prétraitement et de lagunage pour la déshydratation. Les matériaux déshydratés sont ensuite repris et acheminées vers une plate-forme étanche dans la zone de traitement et de stockage temporaire, sur laquelle les traitements se poursuivent à sec. Après traitement, les éco-matériaux produits peuvent être valorisés dans des différentes applications.

Les terres polluées peuvent aussi être réceptionnées par voie d’eau ou par voie routière dans la zone de stockage temporaire où elles sont criblées avant d’être traitées, soit par des traitements naturels tels que la bioremédiation, soit par des traitements plus complexes comme le traitement physico-chimique.

Les matériaux nécessitant un traitement plus spécifique peuvent être réacheminés après regroupement vers d’autres centres de traitements adaptés. Les résidus de traitement tels que les plastiques, métaux, refus de cribles, déchets verts, etc. sont triés, regroupés et acheminés vers les filières spécialisées de recyclage, ou à défaut vers les installations de stockage de déchets dédiées.

Techniques utilisées au centre

Le centre offre de nombreuses techniques de traitement des sédiments et des terres, tout comme la déshydratation mécanique par filtres-presses, la déshydratation par lagunage actif, les pré-traitements par séparation granulométrique (cyclonage, dessablage, criblage), le traitement biologique  et le traitement physico-chimique.

Cadre réglementaire

Envisan a obtenu l’autorisation d’exploiter cette installation classée pour l’environnement pour une durée de 20 ans par arrêté préfectoral le 28 novembre 2013.

Programme de recherche SEDIMED

Le CPEM accompagne le programme de recherche SEDIMED dont l’objectif est de lever les verrous administratifs et réglementaires permettant de valoriser des sédiments dans des travaux de construction : des routes, des structures bétonnées, des ouvrages maritimes et des éco-modeléspaysager ou anti-bruit. Le CPEM devient donc le partenaire privilégié des entreprises de travaux maritimes, du BTP ou de dépollution.